L’histoire au fil de l’eau en pays d’Aix

La ville d’Aix-en-Provence doit sa réputation, non seulement à son histoire liée depuis l’Antiquité aux eaux thermales mais aussi aux nombreuses fontaines qui l’agrémentent.

Depuis toujours, l’eau est un enjeu pour la ville d’Aix-en-Provence.

L’histoire de l’eau à Aix-en-Provence commence avec les Romains, en 123 avant Jésus-Christ, lorsque le consul romain Gaius Sextius Calvinius fonde le camp d’Aquae Sextiae (les eaux de Sextius) a proximité des sources thermales. Profitant des sources d’eau chaude et d’eau froide, il fait construire des thermes qui feront la réputation de la ville.

Les romains édifient aussi dans la région quatre aqueducs dont la fonction était d’amener l’eau au cœur de la ville. A l’époque romaine, il y avait aussi de nombreuses fontaines. Celles-ci seront détruites lors de l’invasion et de l’occupation des Wisigoths à partir de la fin des années 470 après Jésus-Christ.

De l’utilitaire à l’esthétique :

Au Moyen-âge, la ville est alimentée en eau uniquement par des puits et des sources. Il faut attendre le règne des Comtes de Provence, à partir du XVe siècle, pour que les sources aixoises soient remises en valeur avec la construction des premières fontaines de la ville. Celles-ci vont alors avoir une fonction strictement utilitaire dans la vie quotidienne de la population locale. Elles deviennent des lieux de rencontre pour se ravitailler en eau potable. Elles servent aussi d’abreuvoir pour les troupeaux en transhumance.

A partir du XVIIe siècle, l’accroissement de la population oblige les autorités locales à réorganiser la distribution de l’eau en ville. Les fontaines ne suffisent plus malgré la mise en place d’un plan général des fontaines d’Aix dès 1627. Les pénuries d’eau, les épidémies de peste (1720) et de choléra (1835) sont la preuve que le problème de l’approvisionnement en eau à Aix est récurrent.

Au XIXe siècle, le barrage Zola est construit à proximité de la montagne Sainte-Victoire, puis le canal du Verdon, commencé en 1875, permet une distribution de l’eau directement chez les habitants. La construction d’un deuxième barrage en 1946 - le barrage de Bimont - vient finaliser l’organisation de la distribution en eau de la région. En parallèle de l’évolution démographique de la ville et donc de ses besoins en eau, la fonction des fontaines d’Aix-en-Provence va elle aussi changer. Elles vont devenir peu à peu des éléments esthétiques et d’ornement. Elles vont servir non seulement à structurer l’espace urbain mais aussi remplir une fonction symbolique en honorant des personnages qui ont fait l’histoire de la ville (Roi René, Paul Cézanne, etc. ...).